Follow me on:

  • [70e Festival de Cannes] : "L'amant double" de François Ozon

Hello, hello ! 

On se retrouve ce Dimanche pour l’un des derniers articles dédié aux films présentés à Cannes cette année.
Je tenais à vous parler de L’Amant Double, celui-ci étant déjà sorti en salles et encore programmé dans certains cinéma. Pas étonnant, puisqu’il s’agit d’un film français fort attendu, signé François Ozon. L’amant Double : un double… Jusqu’au bout.

[70e Festival de Cannes] : "L'amant double" de François Ozon

De quoi ça parle ? 

Chloé, une jeune femme fragile et dépressive, entreprend une psychothérapie et tombe amoureuse de son psy, Paul. Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité.

Mon avis :

Vous le savez, quand ça me déplait, mon jugement se veut court.
Presque un mois après cette projection tant attendue d’un des réalisateurs français les plus reconnu, j’ai ce souvenir d’un lassitude immense. C’est le risque quand on voit autant de films en si peu de temps. Chefs d’oeuvres ou non.

[70e Festival de Cannes] : "L'amant double" de François Ozon

À mon sens L’Amant Double mêle des styles difficilement conciliables. Une sorte de mauvais smoothie dans lequel un aurait brassé une bonne part de Fifty Shades of Grey (à la française, ce qui n’est pas plus glorieux que la version US), de Rosemary’s Baby (mais version ratée) et de pales copies stylistiques d’un Brian De Palma ou d’un Alfred Hitchcock qui aurait perdu de sa splendeur.

[70e Festival de Cannes] : "L'amant double" de François Ozon

Résolument dérangeant (tant par la trame que par – le mauvais – exercice de style) L’amant Double se perd à force de trop jouer le motif du double. Jumeaux, hallucinations, fantasmes, reflets, on ne sais plus, et ce qui aurait pu servir l’histoire se trouve finalement à desservir le film par une mise en scène trop pâlement inspirée.
Idem du côté des acteurs (Jérémie Renier et Marine Vacth) , beaux dans leurs rôles, mais d’une beauté trop lisse est superficielle, à l’image de la performance d’acteur.

[70e Festival de Cannes] : "L'amant double" de François OzonBref, je n’en retiendrais qu’un grand méli-mélo, et de double, l’amant n’est pas le seul, puisque le travail de réalisation semble aussi, du début à la fin, être un – mauvais – double.

L’Amant Double de François Ozon est en salles depuis le 26 Mai 2017 😉

↓ La bande annonce ↓

Signature
Share

You might also like

Comments

  • BeautyEveryday

    Written on 25 novembre 2017

    Je n’ai pas aimé non plus !!! très bizarre, malsain, bof ! l’histoire était bien partie, assez intriguant mais je n’ai pas accroché avec ce jumeau maléfique :/
    Par contre, j’adore cette actrice elle dégage vraiment quelque chose de mystérieux je trouve mais dans ce rôle, effectivement elle est assez plate !
    enfin, pas le meilleur d’Ozon ^^

    Répondre
    • myredcarpetbys

      Written on 25 novembre 2017

      Clairement pas le meilleur Ozon, on est bien d’accord ! Je suis bien contente de constater que je ne suis pas la seule à l’avoir trouvé un peu déplorable…
      Bisous 😉

      Répondre

Leave a Reply

Instagram