Follow me on:

  • [70e Festival de Cannes] : "120 battements par minute" de Robin Campillo

Comme je suis heureuse d’être aujourd’hui !!!
Alors oui, « Quel enthousiasme ! » vous direz-vous, mais j’avais tellement hâte de reposter ici mon billet dédié au nouveau film de Robin Campillo : 120 Battements par minute.
Si vous m’avez suivie à Cannes, vous n’êtes pas sans savoir qu’il s’agissait de mon film coup de coeur de cette édition, aussi j’espère que vous serez nombreux et nombreuses à courir le voir en salle et – pourquoi pas – partager mon avis au sortir de la projection.
Je vous reposte donc le billet que j’avais rédigé durant le festival, revenant sur cette petit tornade cinématographique qui, à défaut de la très convoitée Palme d’Or, sera reparti avec un Grand Prix étincelant !
(PS : sort également ce jour Les Proies de Sofia Coppola, dont vous pouvez retrouver le re-post juste ICI 😉 ).

Hello, hello ! 

2h30 du matin, c’est l’heure à laquelle vous pourrez lire cet article… L’heure à laquelle je publie, transie de fatigue, le corps abimé (dos en vrac et pieds en sang) mais heureuse d’enfin réussir à poster sur ce film : 120 battements par minute du réalisateur français Robin Campoillo (Entre les murs, Palme d’Or en 2008).

[70e Festival de Cannes] : "120 battements par minute" de Robin Campillo

De quoi ça parle ? 

Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d’Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l’indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

Mon avis : 

J’annonce direct : 120 battements par minute est (jusqu’à présent) mon coup de coeur de cette sélection !
Le film est encensé par les nombreux journalistes présents à Cannes et beaucoup lui donnent déjà la Palme d’Or ou au minimum un prix d’interprétation. Et très franchement, il n’a pas volé cet entrain puisque, indéniablement, c’est une claque.

[70e Festival de Cannes] : "120 battements par minute" de Robin CampilloLe réalisateur – Robin Campillo – ose aborder les thèmes (d’aucun diront « sensibles ») du Sida, de l’homosexualité, du sexe, de la mort, et ce, de façon directe, frontale et absolument percutante.
Les acteurs, quant à eux, sont criants de justesse et d’émotion, donnant chacun à leur personnage une force brute. Je pense notamment au duo Nahuel Perez Biscayart et Arnaud Valois qui fonctionne de manière magistrale et qui laisse – toujours selon moi – entrevoir un prix d’interprétation masculine pour le tenant du rôle principal.

[70e Festival de Cannes] : "120 battements par minute" de Robin CampilloLes enjeux du film sont évidement très fort de par les sujets qu’il aborde, mais également de par ce que le réalisateur ose nous montrer. Certaines scènes sont extrêmement crues, et impliquent directement le spectateur, mais c’est justement ce que j’ai aimé ici : Campillo ne laisse aucune place à une réalité édulcorée, il montre la vie, la vraie, et chaque facette de celle-ci fait du travail du cinéaste un véritable diamant brut.

[70e Festival de Cannes] : "120 battements par minute" de Robin CampilloC’est donc avec grand enthousiasme que je vous encourage à aller voir 120 battements par minute lors de sa sortie dans quelques mois : un tourbillon d’émotions vous attend !

120 battements par minute sera à retrouver en salle dès le 23 Août 2017.

↓ La bande annonce ↓

Signature
Share

You might also like

Leave a Reply

Instagram