Follow me on:

  • Le labyrinthe

Coucou mes chats !

Je vous retrouve aujourd’hui et peut-être un peu tardivement par rapport à sa sortie, pour vous parler de ce deuxième film adapté de la trilogie de James Dashner : Le Labyrinthe, La Terre Brulée.
J’avoue que j’avais pas mal accroché à l’histoire du premier volet, à ce huit-clos du labyrinthe et à cette fin plutôt ingénieuse qui vous faisait dire « Il faut que je vois la suite ! »… Bref, ça marchait !
Seulement là, on nous envoie hors du labyrinthe, alors bonne chose ou non, je vous en parle tout de suite !

Le labyrinthe

De quoi ça parle ? 

Dans ce second volet de la saga épique Le Labyrinthe, Thomas et les autres Blocards vont devoir faire face à leur plus grand défi, rechercher des indices à propos de la mystérieuse et puissante organisation connue sous le nom de WICKED. Or le monde qu’ils découvrent à l’extérieur du Labyrinthe a été ravagé par l’Apocalypse. Leur périple les amène à la Terre Brûlée, un paysage de désolation rempli d’obstacles inimaginables. Plus de gouvernement, plus d’ordre… et des hordes de gens en proie à une folie meurtrière qui errent dans les villes en ruine. Les Blocards vont devoir unir leurs forces avec d’autres combattants pour pouvoir affronter WICKED et tenter de défier son immense pouvoir.

Ce que j’en ai pensé :

J’ai clairement préféré le premier volet à celui-ci !
Ici on nous sert un peu milles et unes choses sur un plateau et il faut choisir ce qui nous plait ou pas… Alors c’est bien simple, vous avez le choix entre un chouilla de nouveau huit-clos dans une structure d’abord annoncée comme une chance de survie, puis désertée à la hâte pour rejoindre une terre brulée sur laquelle on découvre une ville totalement détruite, et des habitants en sacrée mauvaise forme (des zombies), une poursuite, puis arrive un refuge, une rencontre, pas forcement des plus plaisante, une évasion encore, d’énormes prises de risques, une espèce de maison close élaborée par les méchants de l’histoire, une évasion, un espoir… Bref, piochez dans le panier et prenez ce que vous préférez, mais ça fait tout de même beaucoup d’informations en vrac !

Le labyrinthe

Je dois avouer que j’ai été assez surprise de l’apparition de ces zombies, qui ne sont autre que de pauvres humains non-immunes qui ont malheureusement attrapé le virus « braise »… À cette « surprise » on peu donner comme excuse que comme nous étions enfermés dans le labyrinthe, nous n’avions aucun moyen de connaitre leur existence, mais là carrément des ZOMBIES ! Ça va loin ! On pensais que WICKED cachait des morts, mais pas de ce type là…

Cela dit, ces zombies sont sacrément bien réalisés et ont vraiment des tête à faire flipper ! Rien à voir avec leurs charmants cousins de chez The Walking Dead, puisque ceux-là sont de vraies machines de course et taillent un sprint en 2:2 !

Le labyrinthe

Bref, vous comprenez bien que la trame de fond change du tout au tout, et on était tellement peu habitué à une présence humaine (en dehors du petit groupe d’évadés) qu’on a du mal à accrocher aux nouveaux personnages qui donnent une sacrée impression, pour certains, d’être là pour décorer et de ne pas avoir une utilité hyper fondamentale… Pour le moment !
Et c’est aussi ce « pour le moment » qui me dérange, puisqu’on nage complètement dans l’inconnu dans ce second volet ! On a un leader qui se la joue un peu mais qui au fond ne sais pas ou il va, des « blocards » qui le suivent presque les yeux fermés après avoir émis deux protestations à tout casser… On cours après quelque chose de très abstrait et on s’y accroche tout du long, comme une moule à son rocher : on doit trouver « le bras droit », mais on ne sais pas pourquoi et on sait pas où… Pratique !
En abbrégé, ça fait énormément de questions pour pas beaucoup de réponses…

Le labyrinthe

Je ne vais pas me risquer à trop spoiler ceux qui ne l’on peut-être pas encore vu, mais autre élément de déception, c’est cette fin… Alors que dans le premier volet on ressortait en se disant « Merde, il va se passer quoi ?! », ici tout et écrit d’avance et on a presque le sentiment d’avoir déjà entendu ça une demie-douzaine de fois, comme si Thomas était une sorte d’échos à Katniss Everdeen de Hunger Games… On retrouve complètement la même chose… Aujourd’hui la mode c’est de dire « On doit se retourner contre les forces en pouvoir »… Contre le Capitole, contre WICKED, au final, c’est du pareil au même !

Le labyrinthe

MAIS, il y a un mais 😉 Malgré toutes ces faiblesses que j’aurai tendance à caractériser comme des effets de mode donc, il faut bien dire que tout de même, niveau réalisation, on y est !
Des scènes d’action bien réalisées qui donnent (heureusemeeeeent) un sacré rythme au film, et comme je le disais un peu plus haut, on a affaire à des zombies de toute beauté, biiiien périmés comme il faut, et qui évoluent dans un habitat superbement bien détruit !
Globalement niveau image et photographie je n’ai rien à redire puisque la dualité entre WICKED et ses résistants se joue jusque dans les couleurs ! On oppose le froid au chaud et on les confronte de façon très esthétique !

Le labyrinthe

Pour terminer je donnerai ma fameuse « mention spéciale » à Teresa… Prévisible au possible mais dont on se demande sans arrêt si sa paradoxale « force fragile » la fera aller jusqu’au bout de ses actes… Et la réponse se présente à la toute fin du film, donc no spoil ! 😉

Et vous alors ? Vous avez vu ce deuxième opus ? Qu’en avez-vous pensé ?
Dites-moi tout ça en commentaires !

Signature
Share

You might also like

Comments

    • myredcarpetbys

      Written on 2 novembre 2015

      Ça me rassure de voir que je suis pas seule à avoir eu ce sentiment ! En général je ne lis pas les articles sur les films avant d’écrire le mien, histoire de ne pas être « parasitée » et ne pas changer d’opinion sans vraiment m’en apercevoir, mais ça me fait plaisir de savoir qu’on a pensé la chose tout pareillement… C’est qu’il y a possiblement réellement une coui*** dans le paté ahaha 😛
      Et franchement je pense que tous ceux qui ont vu The Walking Dead y pense obligatoirement en regardant la film ! Ça fait vraiment un espèce d’effet de mode, rajouter des zombies parce qu’il faut visualiser le virus, et comme les zombies ça cartonnent, eh bien voilà : humain infecté = zombie en devenir !… Je trouve ça un peu facile, mais bon, il en faut 🙂

      En tout cas merci pour ton commentaire et pour ton article ma belle, ça me rassure quant à mon ressenti du film !
      Des bisous 🙂

      Répondre

Leave a Reply