Follow me on:

  • [J'ai vu] : Antigang

Hello hellooooo ! 
La semaine dernière et juste avant de partir de chez mes parents pour retourner à la dure réalité des études (même s’il me reste encore quelques jours de répit), je suis allée voir (LÀÀÀÀ certain(e)s vont être content(e)s), Antigang, un film qui bottait pas mal le Papou ! Alors bon, ce n’est pas vraiment le genre de film qui m’attire particulièrement, mais voilà, je me suis tout de même retrouvée devant ! Et donc comme à mon habitude, je vous donne mon petit avis 😉

[J'ai vu] : Antigang

De quoi ça parle ?

Serge Buren est un flic de légende, entouré d’une bande de jeunes flics aux méthodes peu conventionnelles. Qu’importe qu’ils utilisent des battes de baseball ou « oublient » le règlement au cours d’arrestations spectaculaires, les résultats sont au rendez-vous !
C’est alors qu’un groupe de braqueurs meurtriers entre en scène, dévalisant avec une facilité déconcertante banques et bijouteries de la capitale, à coup d’armes de guerre et de scénarios imparables. Face à tant d’ingéniosité et de brutalité, Buren et son unité se retrouvent confrontés à une situation délicate : leurs méthodes expéditives suffiront-elles à arrêter ces criminels autrement plus machiavéliques ?

Ce que j’en ai pensé :

Je pense que ça va être assez rapide, à contrario de mon précédent article cinéma. Et ça, si vous me lisez régulièrement, vous savez ce que ça veut dire : je n’ai pas plus aimé que ça.
Le film fonctionne sur un principe de succession de clichés : le vieux flic qui ne bosse qu’avec des petits jeunes, une équipe soudée mais qui menace d’être dissoute par un nouveau méchant patron, un triangle amoureux (dont l’utilité m’échappe totalement)… Ce n’en sont que quelques uns parmi tant d’autres.
[J'ai vu] : Antigang

Quelque chose m’a particulièrement tapée à l’oeil durant le film, c’est ce piédestal sur lequel est placé Jean Reno. Et clairement, c’est une erreur de la part du réalisateur Benjamin Rocher d’avoir fait de ce personnage, de cet acteur, la plaque tournante du film. Selon-moi, on est ici perdu dans une ôde à Reno !
Alors attention, j’aime beaucoup cet acteur, dans beaucoup de ces rôles et de ces films je l’ai bien apprécié, mais là : NON. Je ne dirai pas que c’est fini pour lui, mais dans le cadre d’Antigang, il ne m’a tout simplement pas paru à sa place. Bien au contraire, il m’a paru trop poussif, presque asthmatique dans sa façon de jouer.
[J'ai vu] : Antigang

Toujours sur le cas Jean Reno, on le place en héros, mais l’image renvoyée reste bien trop bancale à mes yeux. Et c’est encore plus lors des scènes « d’action » que l’on constate que le film, et le scénario même, la façon de filmer, TOUT ne tourne qu’autour de LUI. On ne le voit jamais tailler un 100 mètres après un des malfaiteurs (qui eux ne sont au final peut-être qu’un prétexte au film), donc ces derniers restent ou ils sont, l’attendant, et Reno peut se permettre de prendre le risque de marcher au milieu d’une fusillade sans qu’il me lui arrive quoi que soit, tandis que son petit protégé lui doit courir durant 3 minutes sans même réussir à atteindre l’un des malfrats. C’est l’exemple type.
Bref, pour Rocher, Reno marche sur l’eau… C’est tout ce que l’on voit. Tout est coupé pour faire croire que le héros s’est comporté comme tel, mais que nenni !
De mon avis Reno est ici dépassé par ce rôle qui se voudrait extrêmement physique et passionné, or je ne vois plus rien de cette flamme que l’on pouvait autrefois lui trouver, même dans un rôle de ce genre. [J'ai vu] : AntigangAutre chiantise (j’invente des mots ahah), ce combat qui oppose le grand patron à ce vieux flic… Tout les oppose, et ils se le font bien comprendre mutuellement, mais une chose les réuni : une femme ! Je vous laisse deviner le bazar que ça fiche et Ô combien cela ajoute à l’intrigue !… Encore une gueguerre qui ne m’a pas transcendée, bien au contraire.
[J'ai vu] : AntigangComme je le disais un peu plus haut, on joue particulièrement des clichés, dont l’un étant ce partenariat entre deux générations de flics. Cela dit, comme Reno est ici un dieu gonflé aux hormones, on essaye de lui faire faire des trucs de fou malade ! On dit que ce sont SES méthodes qui sont trop vives, on le fera prendre une mitraillette pour lui donner l’air d’un petit foufou, et on coupera les moments ou l’on a rien pu filmé qui aurait été trop dangereux pour l’acteur : une course poursuite, un combat, une chute. Tout cela sera sous entendu, mais rien ne sera montré.
À contrario, on a les « petits jeunes », les recrues encore toutes fraiches et pimpantes qui se prennent des balles, qui courent comme des gazelles après les méchants, qui lancent des vannes à tout va et qui eux ont véritablement des méthodes peu scrupuleuses. En effet, lors des interpellations, plutôt que de dégainer leurs gun, eux préfèrent attaquer à l’aide d’une batte de base-ball, d’un belier, et j’en passe.
Un contraste qui encore une fois ne sert absolument PAS le film ![J'ai vu] : Antigang

Bref, voilà pour tout ce que j’avais à dire. En posant mon avis à l’écrit, je me rend compte que je n’ai vraiment pas trouvé grand chose à ce film, et c’est bien dommage, tant pis !
Vous le savez, quand je n’ai pas aimé un film mes avis sont souvent courts, et ça ne m’amuse en aucun cas de les rédiger… Je pense que cela s’en ressent lors de la lecture 😛

Là encore, c’est un de ces films dont je vous conseille de voir la bande-annonce, puisqu’après vous n’aurez pas besoin d’aller le voir au cinéma… étant donné que tout le meilleur du film y est montré 😉

→ La bande-annonce ICI.

Et vous alors ? Vous avez vu Antigang ? Qu’en avez vous pensé ? Dites-moi tout en commentaires ! 😉

Signature
Share

You might also like

Leave a Reply