Follow me on:

  • [J'ai vu] : Free State of Jones

Hello, hello !

Oui… Oui, oui, trois jours d’affilé ! Aujourd’hui je vous reviens de nouveau avec un billet cinéma histoire de réussir à rattraper mon « retard de publication » et de pouvoir mieux caler mes séances d’écriture avec mes séances de visionnage 🙂
C’est donc Free State of Jones que j’ai choisi d’aller voir… En ayant tout de même un peu de mal puisque mon nouveau cinéma ne le passait qu’une fois par jour alors qu’il venait juste de sortir. Un choix que j’ai trouvé étrange compte tenu de la tête d’affiche : Matthew McConaughey. C’est dit.

[J'ai vu] : Free State of Jones

De quoi ça parle ?

En pleine guerre de Sécession, Newton Knight, courageux fermier du Mississippi, prend la tête d’un groupe de modestes paysans blancs et d’esclaves en fuite pour se battre contre les États confédérés. Formant un régiment de rebelles indomptables, Knight et ses hommes ont l’avantage stratégique de connaître le terrain, même si leurs ennemis sont bien plus nombreux et beaucoup mieux armés… Résolument engagé contre l’injustice et l’exploitation humaine, l’intrépide fermier fonde le premier État d’hommes libres où Noirs et Blancs sont à égalité.

Ce que j’en ai pensé :

C’est un portrait saisissant, celui d’un homme fatigué des dommages de la guerre et qui trouvera juste de défendre les victimes collatérales du champ de bataille et les victimes également d’un mode de vie injuste : les esclaves noirs.
L’idée est peut-être « banale », mais le film lui ne l’est pas et Gary Ross (réalisateur du premier volet de la saga Hunger Games) réussi. Juste, il réussi. Il réussi d’abord à montrer les amputations, les cadavres, la souffrance du champ de bataille et ce, sans rien nous cacher. Ainsi, le pauvre homme mort d’une balle dans la tête, il le montrera, le crâne explosé et non pas juste un petit trou peinturluré en plein milieu du front. C’est un détail mais qui a son importance, puisque dès les premières images, on peut être certains qu’il ne nous mentira pas, qu’on ne sera pas épargné et que l’image ne sera pas enjolivée pour ne pas trop heurter notre esprit. Ce qui s’est avéré juste tout du long du film.

[J'ai vu] : Free State of Jones

Donc non, pas de prêchi-précha-gnangnan, on fonce dans le tas, c’est moche, oui, mais c’est vrai. Et c’est ce qui importe non ? En fait, plus qu’un film lambda, celui-ci pourrait aisément être l’un de ceux que l’on regarde en cours d’histoire puisqu’il est extrêmement « documentarisant » de part son scénario auquel sont ajoutées des dates et des faits importants au fil du film. S’il y a bien une chose que j’ai trouvé dommage justement concernant cet aspect « ludique » c’est que ce film n’en soit justement qu’un seul. Puisque les choses s’enchainent tantôt un peu lentement, tantôt beaucoup trop vite, et ce surtout sur les 45 dernière minutes je dirais, qui ne m’ont paru être qu’un survol de tas de choses qui auraient pu être extrêmement instructives… Dommage donc qu’il n’y ai pas eu une meilleure balance sur cet aspect là. 

[J'ai vu] : Free State of Jones

Autre balance qui selon moi a été faite de façon un peu trop « particulière », c’est cet entrecroisement entre l’histoire de Newton Knight, et les problèmes que cela pose à sa descendance… Je ne veux en aucun cas spoiler cette histoire complètement effarante (merci à certaines lois arriérée qui subsistent dans quelques états américains), et c’est pourquoi je n’en dirais pas trop, mais elle aurait à mon sens mérité une autre représentation, un peu plus poussée (et voilà, il aurait fallu un film n°3 en fait xD) et surtout un dénouement plus clair que les informations qui nous ont été données par bribes tout au long du film !

[J'ai vu] : Free State of Jones

Concernant les acteurs, on peut constater que McConaughey ne perd pas un gramme de talent, il est toujours très juste dans son interprétation. Cela dit, j’ai tout de même trouvé qu’on le voyait un peu trop parfois et que l’accent, s’il était vraiment mis sur sa lutte pour autrui, n’était pas assez mis sur des personnages et des acteurs qui n’ont rien à lui envier niveau talent. Je pense notamment aux comédiens Gugu Mbatha-Raw et Mahershala Ali qui apportent une énorme plus value à ce Free State of Jones

[J'ai vu] : Free State of Jones

Ce que j’en retiens c’est que c’est, d’une certaine manière, une claque. Le spectateur de cinéma a trop l’habitude d’être pris en pitié par les cinéastes, et je trouve que la façon dont Free State of Jones est fait contrebalance un peu cet effet « bulle douillette » dont on a pas besoin pour certaines oeuvres… Comme celle-ci 🙂 Personnellement j’ai été un peu retournée mais surtout médusée par ce que j’ai vu et appris dans ce film… Très franchement, c’est un sujet qui suscite des réactions, et les miennes durant le visionnage et même après ont été assez vives (dans le bon sens du terme s’entend… Enfin j’espère) ! Je ne saurais donc que trop vous conseiller d’aller le voir et de juger de tout cela par vous même 😉

→ La bande-annonce ICI.

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu ! 
Comme d’habitude, dite moi en commentaire si c’est un film que vous aimeriez voir, ou que vous avez déjà vu, et dites-moi ce que vous en avez pensé si c’est le cas, je suis toujours curieuse de vos ressentis 🙂 

Je vous embrasse fort ! ❤︎

Signature
Share

You might also like

Leave a Reply