Follow me on:

  • Un certain regard copie

Hey les Carpettes !
Me revoilà, à une semaine tout pile du Festival de Cannes (mon DIIIIEEEUUU j’ai hâte) et aujourd’hui je me suis dis « On va envoyer la pâtée »… Je m’amuse donc à « dépioter » la catégorie Un Certain Regard de cette année. Ce qui fait donc 18 films. OUTCH !
Surtout, si tu es toujours là à la fin de l’article valeureux guerrier (ou valeureuse guerrière, c’est peut-être le plus probable) surtout, laisse un commentaire pour attester que tu es toujours vivant 😉
Allez, une grande respiration, et on plonge !
PS : certains films n’ont encore communiqué que très peu d’informations.

Film d’ouverture :
AN de Naomi Kawase
La japonnaise Naomi Kawase c’est déjà une caméra d’or en 1997 pour son film Suzaku, un Grand prix en 2007 pour La foret de Mogari et une victoire à la Quinzaine des Réalisateurs avec Carosse d’or en 2009, sans compter ses multiples nominations annexes lors des différentes éditions du Festival de Cannes.

Le synopsis :
Sentaro vit de la vente de pancakes à base de pâte de haricots rouges. Un jour, Tokue, une femme septuagénaire, lui propose ses services. A partir de là, sa minuscule boutique commence à prospérer…

Fly Away Solo (Masaan) de Neeraj Ghaywan
Masaan
C’est un premier film pour ce cinéaste indien. C’est un film qui fait parti d’une nouvelle école indienne dira Thierry Frémaux, c’est a dire d’une nouvelle génération de cinéastes qui ne sont pas du coté du Bollywood, ou du grand cinéma populaire indien mais qui viennent faire des films a l’intérieur d’une société indienne dit ils pénètrent les foyers et viennent dire des chose extrêmement forte sur la société contemporaine indienne.

Le synopsis : 
Bénarès, la cité sainte au bord du Gange, punit cruellement ceux qui jouent avec les traditions morales. Deepak, un jeune homme issu des quartiers pauvres, tombe éperdument amoureux d’une jeune fille qui n’est pas de la même caste que lui. Devi, une étudiante à la dérive, vit torturée par un sentiment de culpabilité suite à la disparition de son premier amant. Pathak, père de Devi, victime de la corruption policière, perd son sens moral pour de l’argent, et Jhonta, un jeune garçon, cherche une famille. Des personnages en quête d’un avenir meilleur, écartelés entre le tourbillon de la modernité et la fidélité aux traditions, dont les parcours vont bientôt se croiser…

Rams de Grímur Hakonarson
Rams
C’est un 3eme film pour ce réalisateur islandais, mais aussi un premier passage à Cannes.

Le synopsis :
Dans une vallée isolée d’Islande, deux frères qui ne se parlent plus depuis quarante ans vont devoir s’unir pour sauver ce qu’ils ont de plus précieux : leurs béliers.

 

 

 

 

 

Vers l’autre rive de Kurosawa Kiyoshi
Kurosawa Kiyoshi est déjà venu à Un Certain Regard et en compétition officielle par le passé pour des films comme Jellyfish et Tokyo Sanota.

Le synopsis :
Au cœur du Japon, Yusuke convie sa compagne Mizuki à un périple à travers les villages et les rizières. A la rencontre de ceux qu’il a croisés sur sa route depuis ces trois dernières années, depuis ce moment où il s’est noyé en mer, depuis ce jour où il est mort. Pourquoi être revenu ?

Je Suis Un Soldat de Laurent Larivière
Je suis un soldat
Le film du réalisateur français Larivière est aussi en lice pour avoir la Caméra d’Or. On y retrouve des acteurs qui ne sont pas habitués aux sélections cannoises : Louise Bourgoin et Jean-Hugues Anglade.

Le synopsis :
Sandrine, trente ans, est obligée de retourner vivre chez sa mère à Roubaix. Sans emploi, elle accepte de travailler pour son oncle dans un chenil qui s’avère être la plaque tournante d’un trafic de chiens venus des pays de l’est. Elle acquiert rapidement autorité et respect dans ce milieu d’hommes et gagne l’argent qui manque à sa liberté. Mais parfois les bons soldats cessent d’obéir.

 

 

Soleil de Plomb de Dalibor Matanic
Soleil de plomb
C’est un cinéaste croate et c’est un film qui raconte c’est un film qui raconte, de façon assez singulière par la forme puisque c’est un film a sketch avec 3 histoires, 1991, 2001 et 2011, qui sont chaque fois jouées par les même acteurs et qui sont trois moment de l’histoire de la Croatie, la Croatie d’avant guerre, d’après guerre et la Croatie d’aujourd’hui.

Le synopsis :
Trois histoires d’amour différentes se déroulant à trois époques différentes, 1991, 2001 et 2011, dans 2 villages des Balkans où règne la haine inter-ethnique.

 

 

The Other Side de Roberto Minervini
L’italien était venu en séance spéciale lors du 66eme Festival de Cannes en 2013, avec son film Le coeur battant.
Thierry Frémaux dira que c’est un film dont on ne sais jamais si c’est un documentaire ou une fiction et c’est un film qui vient raconter une autre histoire de l’Amérique, on y voit ici une Amérique des laissés pour compte, des exclus, d’une Amérique de l’alcool et de la drogue. C’est un film qui s’annonce extrêmement puissant.

Le synopsis :
Dans un territoire invisible, aux marges de la société, à la limite entre l’illégalité et l’anarchie,vit une communauté endolorie qui fait face à une menace : celle de tomber dans l’oubli des institutions. Des vétérans désarmés, des adolescents taciturnes, des drogués qui cherchent dans l’amour une issue à leur dépendance, des anciens combattants des forces spéciales toujours en guerre avec le monde, des jeunes femmes et futures mères à la dérive, des vieux qui n’ont pas perdus leur désir de chanter et danser… Dans cette humanité cachée, s’ouvrent les abysses de l’Amérique d’aujourd’hui.

One Floor Below de Radu Muntean
Le Roumain Radu Muntean était déjà présent au Certain Regard en 2010 our son film Mardi après Noël. 

Le synopsis :
Pătraşcu est un homme d’âge mûr qui s’avère être le seul témoin d’une dispute domestique ayant abouti à un meurtre. L’homme se retrouve pris en porte-à-faux entre deux voisins : l’étrange meurtrier d’une part, sa propre conscience de l’autre.

The Shameless de Oh Seung-Uk
The shamless
Oh Seung-Uk est l’un de ces réalisateurs en sélection qui représente un cinéma sud-coréen toujours plus fertile.

Le synopsis :
Un détective se lie d’amitié avec la petite amie d’un chef mafieux dans le but de le faire tomber.

 

The Chosen Ones de David Pablos
Les elues
C’est une première à Cannes pour ce cinéaste mexicain qui arrive accompagné de l’acteur et réalisateur Diego Luna qui prend ici la casquette de producteur.

Le synopsis :
Sofia, 14 ans, est amoureuse d’Ulises. A cause de lui, et malgré lui, elle devient la proie d’un réseau de prostitution. Pour l’en sortir, Ulises devra lui trouver une remplaçante…

 

 

 

 

Nahid d’Ida Panahandeh
Nahid
C’est un premier film pour cette réalisatrice d’origine iranienne. C’est l’une des représentantes d’une nouvelle génération, d’un nouveau cinéma iranien qui plonge dans une société iranienne actuelle.

Le synopsis : 
Une histoire d’amour dramatique prenant place au sein de la société iranienne.

 

 

 

 

 

Le Trésor de Corneliu Porumboiu
Le trésor
Porumboiu à commencé à la Quinzaine des Réalisateurs , remportant le prix Europa Cinema. Il est également le gagnant d’une Caméra d’Or en 2006 et d’un Prix du Jury dans cette même sélection Un Certain Regard en 2009.

Le synopsis :
Une rocambolesque chasse au trésor dans la Roumanie contemporaine…

 

 

 

 

 

The fourth direction de Gurvinder Singh
The fourth direction
C’est un film d’auteur, indien, qui raconte selon les dire de Thierry Frémaux toujours, une histoire tout à faire forte.

Pas de synopsis communiqué pour le moment.

 

Madonna de Shin Suwon
Madonna
Autre entrée coréenne dans cette sélection Un certain regard, un film réalisé par une femme primée lors de la Semaine Internationale de la Critique en 2012.

Le synopsis :
Mina, surnommée Madonna, est victime d’un étrange accident. Son infirmière Hae-Rim tente alors d’obtenir le consentement de la famille pour un don d’organe afin de sauver un autre patient en attente d’une transplantation cardiaque. Mais Hae-Rim va faire de terribles découvertes…

Maryland d’Alice Winocour
Maryland
C’est une réalisatrice qui a fait ses débuts à Cannes en 2005 et à la Semaine de la Critique en 2012. Alice Winocour revient cette année avec deux têtes d’affiches : Diane Kruger et Matthias Schoenaerts.

Le synopsis :
De retour d’Afghanistan, Vincent, victime de troubles de stress post-traumatique, est chargé d’assurer la sécurité de Jessie, la femme d’un riche homme d’affaires libanais, dans sa propriété « Maryland ».
Tandis qu’il éprouve une étrange fascination pour la femme qu’il doit protéger, Vincent est sujet à des angoisses et des hallucinations. Malgré le calme apparent qui règne sur « Maryland », Vincent perçoit une menace extérieure…

Alias Maria de José Luis Rugeles Gracia
alias maria
C’est un premier film pour ce réalisateur colombien et donc un premier passage au Festival de Cannes.

Le synopsis :
A travers le personnage de Maria, une adolescente de 13 ans, le film dénonce l’absurdité des conflits armés qui font rage en Colombie.

 

 

 

 

 

Taklub de Brillante Mendoza
Taklub
Ce cinéaste philippin a déjà à son passif a Cannes avec une Quinzaine des Réalisateurs et deux autres festivals à son actif.

Le synopsis :
Frappés par la catastrophe du typhon Yolanda aux Philippines, le film suit le destin de plusieurs survivants.

 

 

 

 

 

 

Lamb de Yared Zeleke
lamb
C’est là encore un premier film mais c’est aussi la première fois que l’Ethiopie figurera en sélection officielle.

Le synopsis :
Ephraïm, un petit garçon éthiopien, et sa brebis Chuni sont inséparables. Mais son oncle chez qui son père l’a envoyé pour fuir la sécheresse lui ordonne de tuer son animal de compagnie pour la fête à venir. Ephraïm échafaude alors un plan pour sauver Chuni et retourner dans sa région d’origine.

 

 

 

Cemetery of Splendour de Apichatpong Weerasethakul
Cemetery of splendour
Apitchapong Weerasethakul c’est un sacré palmarès ! Déjà une Palme d’Or Cannoise pour son film Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures) en 2010, un prix du jury en 2004 pour son Tropical Malady et le prix Un Certain Regard en 2002 pour Blissfully Yours.
Une sorte de retour aux sources pour cette année donc.

Le synopsis :
L’histoire d’une femme au foyer solitaire qui a la cinquantaine et d’un soldat atteint de la maladie du sommeil… Mais aussi d’une compagnie de soldats atteinte aussi par ce mal étrange et de l’esprit d’une princesse qui, en des temps reculés, fut enterrée dans la forêt.

 

Alors, toujours là ? J’espère bien parce que j’ai besoin d’avoir vos petits avis sur cette sélection Un Certain Regard maintenant 😉

Je vous retrouve demain, pour un nouveau post mes Carpettes !

– S

Signature
Share

You might also like

Comments

Leave a Reply