Follow me on:

  • [70e Festival de Cannes] : "You were never really here" de Lynne Ramsay

Hello, hellooooo !

Je vous retrouve aujourd’hui pour ce qui sera le dernier article dédié au festival de cannes 2017. ENFIIIIN certaines se diront sûrement, préférant largement mon contenu dédié au makeup 😛
Mais ne vous inquiétez pas… D’autres billets cinéma arriveront à la rentrée au fur et à mesure que je reviendrai dans les salles !
J’ai choisi de boucler la boucle avec un film signé Lynn Ramsay, qui est reparti au palmarès avec le prix de la meilleure interprétation masculine ET du scénario (Ex-Aequo avec Mise à mort du Cerf Sacré de Yorgos Lanthimos dont vous pouvez d’ailleurs retrouver mon avis juste ICI) que j’ai pris un sacré plaisir à voir, callée dans les fauteuils tout douillets du grand théâtre Lumière 🙂

De quoi ça parle ?

Un vétéran de guerre tente de sauver une jeune fille d’un réseau de traffic sexuel, mais le choses prennent une horrible tournure.

Mon avis :

[70e Festival de Cannes] : "You were never really here" de Lynne Ramsay

Alors qu’il a été présenté à Cannes il y a plus de deux mois, You Were Never Really Here est un de ces films primé dont on ne trouve presque rien encore et ce, malgré la palme qu’il a remporté. Aucune photo/affiche officielle, pas de véritable bande annonce ou ne serait-ce qu’une date de sortie officielle… Le mystère plane sur ce film qui s’est pourtant placé comme l’un de mes coups de coeur cannois.

On retrouve dans le rôle titre un Joaquin Phoenix un brin bourru qui n’a presque jamais été autant au sommet de son art, incarnant un personnage hanté par son passé. Froid et sombre, l’acteur nous entraine de façon magistrale dans un thriller poignant et percutant dont le scénario a tout de glaçant.

Généralement peu adepte du genre, je me suis pourtant prise au jeu, et c’est là toute la force du film, à mon sens : vous faire vivre l’expérience comme si vous y étiez. Une expérience qui sur le papier n’a rien de plaisant, soyons-en surs, mais qui grâce à la caméra de Lynne Ramsay et au jeu de Phoenix nous fait vivre une expérience immersive forte.

La mémoire commence à me jouer des tours quant aux nombreux films que j’ai eu la chance de voir en avant première à Cannes, mais celui-ci, reste ancré dans mon esprit comme une véritable petite tornade.

La date de sortie officielle de You were never really here sera à retrouver par ici tout bientôt.

↓ Pour un extrait, c’est juste ici ↓

Signature
Share

You might also like

Leave a Reply

Instagram