Follow me on:

  • [70e Festival de Cannes] : "The Villainess" de Jung Byung-Gil

Hello, hello !

Aujourd’hui c’est d’un film sud-coréen dont je vais vous parler. Présenté en séance de minuit, j’attendais avec espoir d’avoir l’occasion de passer une séance aussi bonne que celle – mythique – de Train to Busan l’an passé. Mais encore une fois, pour cette année, cela n’a pas été le cas. Et pourtant, les sud-coréens sont habituellement de sacrées sources de production pour ces films qui réussissent à faire des séances de nuit des moments absolument géniaux à vivre… Une fois de plus, la sélection tout à fait hasardeuse de cette 70e édition du Festival de Cannes semble avoir frappé !

[70e Festival de Cannes] : "The Villainess" de Jung Byung-Gil

De quoi ça parle ? 

Depuis l’enfance, Sook-hee a été entraînée pour devenir une tueuse sans pitié. Lorsque Madame Kwon, chef du Service des renseignements sud-coréen, l’engage comme agent dormant, elle lui offre une seconde chance.

“Donne-nous dix ans de ta vie, tu auras la liberté.”

Sa nouvelle identité est Chae Yeon-soo, 27 ans, actrice de théâtre.
Avec la promesse d’une liberté complète en échange de servir son pays pendant 10 ans, Sook-hee commence une nouvelle vie. Pour cette femme qui a vécu comme tueuse, mener une existence normale n’est pas une tâche facile. Mais quand deux hommes entrent dans sa vie, les secrets de son passé sont dévoilés.

Mon avis :

00h30, film de 2h… Beaucoup dans le Grand théâtre Lumière auront lâché l’affaire en cours de route, préférant retrouver le chemin du lit, rebutés déjà par les première minutes du film tournées à la façon d’un jeu vidéo dans lequel le spectateur (occupant la place du personnage principal) ferait un carton plein dans un établissement, à l’aide de différentes armes. Une manière originale de réveiller une salle après une longue journée de projections ahaha 😉

[70e Festival de Cannes] : "The Villainess" de Jung Byung-Gil

Personnellement j’ai tenu les deux heures de film puisque j’ai, tout simplement, été embarquée par l’histoire, le rythme et ce côté « girl power » qu’à su donner le réalisateur à son Sans pitié.
Après je ne saurait vous dire autre chose que mon très basique « rien de transcendant ». On retrouve un peu les codes habituels du cinéma d’action sud-coréen avec des scènes un peu lourdes sanguinairement parlant et le motif de la vengeance que l’on retrouve de manière un peu redondante dans ce type de films.

[70e Festival de Cannes] : "The Villainess" de Jung Byung-Gil

Cela dit, et malgré un jeu moyen, j’ai tout de même trouvé le personnage féminin principal intéressant.
Je conclurais seulement en disant que mon avis est finalement aussi constructif que Sans pitié… c’est dire 😉

[70e Festival de Cannes] : "The Villainess" de Jung Byung-Gil

La date de sortie officielle de The Villainess de Jung Byung-Gil sera à retrouver tout bientôt par ici.

↓ Le trailer ↓

Signature
Share

You might also like

Leave a Reply