Follow me on:

  • [70e Festival de Cannes] : "Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos

Hello, helloooo ! 

Ça me fait tout bizarre de vous parler d’un film dont j’avais déjà vu le réalisateur lors de mon tout premier festival de Cannes en 2015, j’ai cité : Yorgos Lanthimos. Présent à Cannes il y a 2 ans pour The Lobster, je le retrouve donc cette année pour le film qu’il présente en compétition : The Killing of a Sacred Deer.

[70e Festival de Cannes] : "Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimosvv

De quoi ça parle ?

Steven, un brillant chirurgien, prend sous son aile un adolescent. Ce dernier s’immisce progressivement au sein de sa famille et devient de plus en plus menaçant, jusqu’à conduire Steven à un impensable sacrifice.

Mon avis :

Autant vous dire qu’à la sortie de la projection presse, le film partage. Il y a d’un côté ceux qui clament « C’était exceptionnel ! » et de l’autre les « C’était ignoble ».
Je me faufile dans la première catégorie, celle de ceux qui ont JUSTEMENT été fascinés par le spectacle « ignoble » que nous propose cette année le réalisateur grec. J’avouerais cela dit qu’au sortir de la séance je ne faisais pas la fière, encore sous le choc de toutes ces informations emmagasinées après l’heure et demie d’un film qui commence sur l’image, en gros plan, d’un coeur ouvert et battant et s’achève sur un final magistral d’une famille amputée.

[70e Festival de Cannes] : "Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos

Mise à mort du cerf sacré est dérangeant. Scénario, personnages, musique, photographie… Lanthimos mise sur des images stériles, parfois laides, une musique stridente et/ou funeste et des acteurs se prêtant au jeu de manière magistrale. Le tout dégoute, mais fonctionne tellement et avec une résonance tellement esthétique et – finalement – belle, que pour un peu on se croirait nous aussi un peu fous d’apprécier un tel spectacle.

[70e Festival de Cannes] : "Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos LanthimosLes acteurs pour en parler, justement, nous offrent une prestation folle. Colin Farrell est excellant mais celle qui se démarque complètement (une fois de plus puisqu’elle est présente dans trois films de la sélection cette année) c’est Nicole Kidman. On la trouvais matriarche punk dans How to Talk to Girls at Parties, et la voilà mère de famille (dé)rangée sous la direction de Lanthimos. Décidément, Miss Kidman casse son image, et le résultat ici est plutôt délectable.

[70e Festival de Cannes] : "Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos LanthimosMention spéciale également pour les jeunes interprètes : Barry Keoghan et Sunny Suljic dont le jeu d’acteur est d’un niveau plutôt dingue, à l’image de leurs ainés.
Bref, je sais pertinemment que le The Killing of a Sacred Deer en dérangera plus d’un, et que les avis continueront d’être – au mieux – mitigés, mais je ne saurais que trop vous le conseiller et vous souhaiter d’en ressortir au moins aussi sous le « choc » que je l’ai été après ce film définitivement inclassable.

[70e Festival de Cannes] : "Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos

Vous pourrez retrouver Mise à mort du cerf sacré le 1er Novembre 2017 dans vos salles de cinéma 😉

↓ Pour regarder un extrait, c’est juste ici ↓

Signature

Share

You might also like

Comments

Leave a Reply

Instagram