Follow me on:

  • 2.2

Alors que je sirote un bon verre de vin (mon meilleur ami vous le savez, mais à consommer avec modération tout de même), assise dans l’un des confortables fauteuils d’un de ces lieux Rennais où je me sens l’âme créatrice et inspirée, je vous reviens pour un nouveau bilan, de nouvelles humeurs, à l’aube du deuxième anniversaire du blog.
Vous l’aurez sans doute vu passer – entre autre via la consommation excessive de vin capturée à outrance sur Instagram – mais la semaine passée était synonyme de fête puisque si MyRedCarpetByS a gagné une année de vie, je l’ai également suivi en célébrant le même jour mes 22 ans !
Une journée que j’ai multipliée presque par sept, pour en faire une semaine d’anniversaire un peu folle passée entre Amboise, Rennes et Paris, ville que j’ai choisie pour illustrer cette première humeur de 2017 😉

2.2Aurais-je rêver un meilleur anniversaire ? Je ne crois pas. Clairement, ce serait insensé que de me concentrer sur les minuscules ombres du tableau et de vouloir appuyer sur « replay » pour tenter de les combler sans être sure d’y parvenir réellement… J’ai été la personne la plus choyée du monde, tellement que je ne songe même plus à vous faire d’article « Cadeaux d’anniversaire » puisque cela me prendrait assurément une éternité et gâcherait alors tout plaisir. Mais également puisque, plus que chaque cadeau matériel que j’ai pu recevoir (je songe sérieusement à déménager dans plus grand ahaha), ce sont les petites pensées et décharges d’amour reçues que je garde précieusement dans mon coeur !

2.2

Ce 17 Janvier, comme celui d’avant également je me suis dit : « C’est fou ! ». C’est fou de constater comme le temps passe vite, de voir comme le blog a évolué, comme vous êtes devenu(e)s de plus en plus nombreux(ses) à me lire… Comme la décision d’ouvrir celui-ci, CE 17 Janvier 2015, jour de mes 20 ans, a eu un impact sur bien des aspects de ma vie.
Le constat est le même que dans le billet de l’année passée, ou que dans l’article d’humeur du mois dernier : on évolue ! Vous, moi, ce que nous créons… Paraitrait que c’est le propre de l’homme.
Je ne vais pas particulièrement revenir sur les 12 mois qui se sont écoulés, c’est quelque chose que j’ai déjà fait dans mon précédent billet d’humeur. Mais si je devais faire un constat global concernant le blog et ma relation vis à vis de celui-ci, cela se résumerait sûrement à un mot : absences.
Des absences répétées et plus ou moins longues que je regrette énormément mais qui m’ont aussi permis de me recentrer sur l’important au moment où c’était nécessaire.

2.2

On s’en rend compte lorsqu’il s’agit de créer du contenu, mais l’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous. C’est une variable complètement aléatoire qui dépend de beaucoup trop de facteurs pour que l’on puisse la dompter totalement. C’est peut-être ce qui la rend si précieuse d’ailleurs.
J’ai tenu toute ma première année de blogging à un rythme de 2 à 3 articles publiés par semaine. Toute blogueuse s’accordera à dire que ce n’est franchement pas mal et que la tâche est parfois ardue quand en parallèle on doit gérer un cursus universitaire ou même un travail pour certaines… Puis j’ai diminué à 2 par semaine : un article dédié à la beauté, l’autre article au cinéma. Parfois s’ajoutaient des billets d’humeur que j’ai toujours aimé appeler « les petits indigestes », tellement pleins d’informations et d’idées posées en vrac sur le papier alors que j’étais emportée comme dans un tourbillon par ces milliers des pensées qui servaient mon écriture… À mon grand regret c’est quelque chose que j’ai plus ou moins laissé se perdre.

2.2

Je me suis énormément cherchée tout du long de cette deuxième année de blogging, j’ai tenu un rythme durant les 3 premiers mois de l’année je dirais, puis j’ai dû faire avec de nouvelles composantes, j’ai dû m’adapter à certaines situations, et je me suis rendue compte que je ne voulais plus m’imposer le deadlines, parce qu’à la vérité j’en avait déjà beaucoup à la fac, mais aussi parallèlement, parce que cette année était l’une de ces fameuses périodes charnière « d’orientation » #Onadore. S’ajoutant à tout cela, mon second Festival de Cannes est arrivé et même si c’est toujours un évènement exceptionnel cher à mon coeur, cela a ajouté à mon capital stress puisqu’il a fallu que je soit sur tous les fronts : dossiers, blog, relationnel, courtes nuits, et la vie « normale » à gérer de loin et en décalé…  Il y a eu une bon nombre d’informations à analyser en un temps très court, un temps qui m’a parfois paru être une éternité portant ! Une fois ces soucis-là réglés je me suis embarquée dans ce que je retiendrai comme étant la pire aventure de ma vie, période qui s’est étendue de bien des manières, toutes plus surprenantes les unes que les autres et là, clairement, vous ne m’avez plus vu… Mais j’avoue tout de même avoir eu la chance de gagner quelques meilleur dans ce pire, comme quoi, même les évènements à chier -pardon- ne sont pas necessairement vains !

2.2J’aime à penser qu’aujourd’hui je suis un peu comme un phoenix qui renait de ces cendres ; sur le plan personnel comme j’ai pu vous en parler dans mon dernier article de 2016, mais aussi sur l’aspect bloguesque qui est une composante à part entière de ma vie.
Ma casquette de blogueuse est celle dont je suis pour le moment le plus fière, c’est un accomplissement perpétuel, constant, un loisir dont je ne me lasse jamais. J’adore écrire, passer du temps sur un article pour vous poster quelque chose qui me ressemble, tant dans mes propos que dans ce qui les illustre.

2.2

Cette semaine d’anniversaire m’a permis de confirmer mes aspirations et celles que j’ai pour continuer cette aventure qu’est MRCBS depuis sa création. Et quelle aventure en effet, quand je me retourne pour voir le chemin parcouru je ne peux m’empêcher de chérir cet objet qui m’a fait grandir de bien des façons pour arriver à la personne que je suis maintenant, deux après. Elle me semble tellement loin cette petite blonde qui, mal dans sa vie, avait décidé de faire une « folie », avançant à tâtons mais y plaçant tant d’espoir… Je porte une telle affection à cette image, puisque si elle n’avait pas été là, si je n’avais pas douté comme j’ai douté à cette période de ma vie, tout cela n’existerai pas, et je serais sûrement passé à côté du meilleur de ce qu’ont été ces deux dernières années à écrire ici !
Pour entamer cette troisième année de blogging, je persiste et signe : pas de deadlines. Je n’ai pas envie de faire de cette bulle d’oxygène, de cet espace que je chéri, un élément qui m’incombe des délais, parfois du stress, et surtout de la non-spontanéité… La spontanéité, le lâcher prise, c’est justement quelque chose que j’ai gagné il y a peu, et ça fait tellement, TELLEMENT de bien ! Je veux que cela se ressente dans chacun de mes post et continuer à prendre plaisir à les éditer, même si cela implique de publier à une fréquence un peu moindre.

2.2À ce sujet vous aurez sans doute constaté également que je poste beaucoup moins, notamment, et c’est là que cela se constate le plus, du côté cinéma… Pour tout vous dire les salles de cinéma ont été ces 4-5 derniers mois des lieux synonymes d’anxiété pour moi. J’ai eu tout un moment où le simple fait d’aller au cinéma n’était tout simplement pas envisageable, rien que l’idée pouvait me rendre malade, et quand j’arrivais à passer les portes j’avais de suite besoin de sortir… J’ai donc décidé de renoncer à cet aspect-là quelques temps. J’ai de nouveau fait trois tentatives – victorieuses – en Novembre, et je me suis rendue compte seulement ce week-end que deux mois avaient passés sans que je n’y remette un pied. Accompagnée j’arrive à passer outre et à ne pas me laisser travailler par ça, mais seule ce n’est pas la même histoire et j’ai beaucoup de mal à retrouver et l’envie et le simple réflexe de fréquenter les salles de cinéma. De plus, si avant mes études étaient en partie ce qui motivaient ma fréquentation des salles obscures, cette année elles le sont beaucoup moins puisque je m’oriente vers un cinéma de festivals et j’aborde donc les choses de manière totalement différentes ! À l’heure actuelle je tâtonne et tente de savoir comment me dépêtrer un peu de cela, de passer outre et de voir dans quel sens je veux faire évoluer le blog de ce point de vue ci, mais je ne doute pas que j’arriverai à faire reprendre un peu de son faste à cette catégorie que vous aimiez tant et que moi même j’adorais alimenter !

2.2Pour faire un parallèle un peu réflexif, il y a une idée aujourd’hui, en cours, qui m’a particulièrement fait réfléchir. Ce fait que l’on en revient toujours à une certaine forme de nostalgie, que l’on se retourne vers le passé en se disant « c’était mieux avant » parce qu’on trouve dans cette période postérieure une forme de stabilité… Ce serait un phénomène qui revient encore et toujours, de façon cyclique, pour la simple et bonne raison que, par définition, le présent lui n’est pas stable, qu’il est en perpétuel devenir.
Oui. Après tout on en a la preuve tous les jours avec ces tas d’objets qui se veulent faussement vintage, des créateurs de mode qui reprennent de vieilles pièces pour les remettre au goût du jour, les remake, les reprises et tout ce qui s’ensuit… Mais pourquoi ?

2.2Est-ce que si on s’émancipait de ce principe on n’arriverait pas à croire un peu plus en notre présent, en nos jours futurs plutôt que de se retourner constamment vers ce que l’on a plus, ce que l’on a laissé derrière soi parce qu’on a choisi de croire à mieux, de donner sa chance à l’avenir  ? Peut-être est-ce trop ambitieux, mais je ne peux m’empêcher de penser que tout serait tellement plus, si ce n’est facile, en accord avec ce que nous sommes réellement au moment Présent – oui, avec un P capitale – de nos vies.

IMG_3927Le fait est que j’aime mieux penser de cette façon et que je me sens, maintenant que je le fait, bien plus sereine et plus maitresse de ma vie que je ne l’ai jamais été ! C’est difficile puisque oui, le présent ça implique d’être parasité par toutes sortes de broutilles, mais j’ai assez foi en mon esprit humain et en mes capacités de réflexions pour les laisser me guider vers quelque chose qui je l’espère sera meilleur. Je suis de plus en plus convaincue qu’on attire le bon par le bon… Si vous rejetez de mauvaises ondes, le retour n’en sera pas nécessairement des meilleurs, c’est quelque chose de tout bête je le sais, mais selon les caractères et l’environnement de chacun, c’est un travail qui demande plus ou moins de force et de détermination. Et la première personne à convaincre, c’est soi-même.

2.2

Histoire de gommer le mot « Absences » dont je parlais en début d’article, j’aimerai pour cette nouvelle étape me donner comme mot le suivant : « Conviction ».
Je ne doute pas que MyRedCarpetByS, ce petit monde que j’ai construit brique par brique il y a deux ans, est amené à vivre de sacrées nouvelles aventures pour ce qui va constituer sa troisième année de vie. Jamais au grand jamais je n’aurais osé penser que deux après, je serais toujours là à écrire, et vous ici, me lisant pour certains avec autant d’enthousiasme qu’au tout premier jour.
Aujourd’hui j’ose croire que vous ne vous débarrasserez pas de moi comme ça et qu’on est partis pour vivre encore de sacrées choses ensemble 😉
Des festivals, des voyages, de « petits indigestes », des makeup, des revues à n’en plus finir… Chaque nouvel article, chaque nouvelle réflexion, chaque nouvelle photographie, chaque nouveau lecteur, chaque nouveau commentaire, chaque nouveau message ne seront qu’autant de souvenirs glorifiants à ajouter à cette jolie histoire qu’est MRCBS, mon petit conte de fée auquel vous contribuez encore aujourd’hui, très exactement 739 jours après la mise en ligne de la toute première version de MyRedCarpet…

2.2

Alors, que pourrais-je vous dire de plus à part « Merci » ?
Merci !
(x 100 000 000 000 000 000 000 000 000 000)
❤︎❤︎❤︎

Signature
Share

You might also like

Comments

  • Lisa

    Written on 25 janvier 2017

    wahou, c’est certe long mais ça vaut le coup d’être lu jusqu’à la fin !
    je te souhaite pleins de belle choses à vivre cette année choupette ! <3

    Répondre
    • myredcarpetbys

      Written on 25 janvier 2017

      Normal c’est un petit indigeste ahah 😉
      Merci beaucooouuuuup !!!
      Pleins de bisous ❤︎

      Répondre
  • Després Fabienne

    Written on 19 mai 2017

    J’ai bcp aimé lire ce billet d’humeur…et oui le spontané, le lâcher prise est important dans cette vie de dingue

    Répondre

Leave a Reply

Instagram